courrier éléctronique عربي English Livre d'or Recherche Rayon de la semaine Liste de Distribution
Lettre de l’Imam al-Khâmine’î.. ..aux jeunes des pays occidentaux_29/11/2015
 

les catégories » Jihad En Islam » Hezbollah » Résistance

Diminuer le texte Augmenter le texte Envoyer à un ami Imprimer
Les Guides de la Résistance, Martyrs sur le Chemin de la Liberté


Le sioniste a tendu la main en lui disant «tu ne salueras pas ?» ; sa réponse fut «non». Etonné de cette attitude, il lui demanda pourquoi ; et la réponse vint retentissante «la position est une arme et la poignée de main est signe de reconnaissance, je ne vous parlerai pas parce que vous occupez mon pays …». Cette conversation fut entre Cheikh Ragheb Harb et un soldat sioniste suite à l’occupation du Sud libanais par les Forces d’Occupation Israéliennes (FOI) ; ses paroles ont à l’époque tracé le chemin qui devrait être choisi face à cette occupation.

Mais la position de l’Imam, déterminé à ne pas accepter de traiter avec les occupants, ne fût pas sa seule et unique arme. Il commença très rapidement sa résistance contre la normalisation des entretiens avec l’ennemi sioniste et contre la judaïsation. L’Imam qui se trouvait en Iran, lorsque les chars israéliens ont investi les villages du sud, écourta sa visite pour rentrer au pays. A partir des mosquées, il a appelé les habitants du Sud libanais à boycotter l’occupation, à refuser d’acheter les produits israéliens et à ne pas parler ou sourire à un soldat sioniste quelques soient les raisons. «Faites tout ce qui irrite l’Israélien, cette terre nous appartient, et eux certainement finiront par partir», répétait-il à chaque occasion.

En 1983, il a été arrêté par les forces d’occupation israéliennes et emmené au camp d’Ansar, qui fût une prison dans laquelle étaient incarnés des milliers de Libanais et de Palestiniens. Les forces sionistes ont utilisé contre lui toutes les méthodes de torture et insistaient à ce qu’il quitte le Sud, mais il refusa. Face aux réactions populaires et aux sit-in organisés dans son village Jebshit, les Israéliens l’ont relâché 17 jours plus tard.

Les menaces israéliennes ne pouvaient pas dissuader cet Imam de poursuivre sa lutte contre l’occupation. Dans cette période, les opérations de la résistance s’intensifiaient de plus en plus et «le Cheikh de la résistance» les supervisait en personne. Pour l’armée ennemie, l’assassinat de cet homme qui appelait à la résistance par tous les moyens était devenu nécessaire.

Le 16 février 1984, l’Imam fût tué d’une balle dans la tête alors qu’il quittait la maison de certains amis. L’ennemi sioniste pensait à travers ce meurtre mettre fin à la résistance des sudistes ; mais cette fois-ci un autre homme apparût d’une autre région pour poursuivre le chemin de Cheikh Ragheb.

Sayyed Abbas Al-Mousaoui travaillait sur la formation des groupes de résistance. Audébut de l’invasion israélienne pour le Liban, il quitta sa résidence à Baalbeck pour habiter Beyrouth et s’orienta ensuite vers le Sud. Il passait son temps avec les résistants et surveillait de près les opérations contre les occupants. Sa stratégie consistait à rendre la résistance acceptable dans les yeux du peuple, car seul le peuple peut lui donner sa légitimité.
Malgré les longues heures qu’il passait à s’occuper de la résistance, Sayyed Abbas trouvait le temps pour écouter les problèmes des gens qu’il servait de tout son cœur.

Le 16 février 1992, il décida de participer à la commémoration du premier anniversaire du martyre de cheikh Ragheb au Sud du Liban. Là-bas, il prononça son dernier discours dans lequel il appela les gens à protéger la résistance. Sur le chemin du retour, les hélicoptères israéliens ont attaqué le cortège dans lequel il se trouvait. Sayyed Abbas tomba en martyre avec son épouse, son fils de cinq ans et quatre autres personnes.

La flamme de la résistance n’a pas été éteinte avec l’assassinat de Sayyed Abbas, les opérations menées contre les sionistes au Liban sud ont obligé ces derniers à se retirer, en 2000, de la grande majorité des territoires occupées tout en admettant leur défaite face à la résistance islamique du Hezbollah. Cependant, entre les pages de la victoire libanaise se cachaient des noms inconnus qui travaillaient en secret pour libérer nos territoires. Imad Moughnieh, est parmi ces noms. Ce grand combattant connu par le public seulement après son assassinat était l’un des Guides de la résistance qui ont consacré leurs vies à la cause. Malgré que les informations sur cette personne demeurent peu, mais le public de la résistance sait qu’il s’agissait d’un homme unique qui a combattu pour la liberté de sa patrie jusqu’au dernier souffle. Et qui a contribué au développement de la résistance pour enfin vaincre les sionistes sur le sol libanais.


Source : moqawama.org / Fatima ALI

1403 Vues | 13-02-2014 | 11:02

Nom
courrier éléctronique
Titre
Commentaire
Image de Validation


 
La Prière des Jours
Articles en relation
Première Défaite Israélienne depuis le Début du Conflit Arabo - IsraélienL’Armée du Sud Liban Abandonnée et Humiliée par les Sionistes à la Porte de FâtimahEffondrement de la Milice de LahdCirconstances qui ont Précédé le Retrait Humiliant de l’Armée Israélienne en 2000L’Equation « armée-peuple-résistance » a réussi à libérer la terre, là où le monde entier a échoué
    
 
  Organisation d'al-Maaref Islamique