courrier éléctronique عربي English Livre d'or Recherche Rayon de la semaine Liste de Distribution
Lettre de l’Imam al-Khâmine’î.. ..aux jeunes des pays occidentaux_29/11/2015
 

les catégories » Dogmes Islamiques » Connaître L‘Imamat » L‘Imamat d'Ali

Diminuer le texte Augmenter le texte Envoyer à un ami Imprimer
L’Imam Ali


L'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui), fils d'Abû Taleb, était le modèle parfait de l'éducation et de la protection que lui avait assurées le Prophète (Que la Bénédiction d'Allah soit sur lui et sur sa Sainte Famille).

En effet, depuis son enfance, l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) avait été élevé par le Prophète. Son amour et son affection pour son éducateur de marque étaient tellement immenses qu'il restait toujours près du Messager d'Allah (Que la Bénédiction d'Allah soit sur lui et sur sa Sainte Famille). Il fut le seul à avoir le privilège de porter dans ses bras le corps du Prophète et de le déposer dans la tombe. 

L'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) possédait un savoir universel et une personnalité incomparable. On peut dire, sans risque d'être contredit, que les commentaires et les discussions sur la vie, les vertus et les qualités de l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) sont trop vastes pour être comparés à ceux faits à propos de n'importe quelle autre grande personnalité du monde. Les Chiites et les Sunnites, aussi bien que les théologiens et savants non- musulmans, ont écrit des centaines, voire des milliers de livres à son sujet.

Bien que les détracteurs et les partisans de l'Imam Ali aient beaucoup débattu à propos des différents aspects de sa vie et de son action, personne n'a jamais pu déceler la moindre faiblesse dans sa Foi. En outre, personne n'a jamais trouvé la moindre défaillance dans ses célèbres hautes qualités de chevalerie, de courage, de piété, de bonté, de savoir, de sagesse, de justice, de bienveillance et d'incarnation de Dons Divins. On peut donc dire que l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) était un homme qui n'avait que des qualités et des vertus. En d'autres termes, il incarnait tout ce qui est considéré comme la vertu et la bonté, et constituait un modèle de la perfection dans tous ses aspects.

L'Histoire atteste que depuis l'époque de la disparition du Prophète (Que la Bénédiction d'Allah soit sur lui et sur sa Sainte Famille) jusqu'à nos jours, parmi tous les gouvernants connus, l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) se distingue non seulement comme celui qui a gouverné conformément à la méthode du Prophète, mais aussi comme celui qui n'a jamais dévié de la Ligne que le Messager d'Allah (Que la Bénédiction d'Allah soit sur lui et sur sa Sainte Famille) avait tracée. L'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) appliqua les Lois islamiques de la même manière que le Prophète l'avait fait. Il n'apporta aucun changement ni aucune innovation à ces Lois.

Lorsque Umar ibn al-Khattâb forma un conseil consultatif de six membres pour élire l'homme qui devrait lui succéder, et que ce conseil -après la mort d'Omar- débattit de la question de la succession, deux noms furent retenus : ceux de l'Imam Ali et de Uthman ibn Affân. 

En premier lieu, le califat fut offert à l'Imam Ali, à condition qu'il gouverne l'Etat conformément à la politique des deux premiers califes (Abû Bakr et Umar), et qu'il traite les problèmes des gens selon leur mode de conduite. L'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) rejeta catégoriquement l'offre et déclara : «Je ne m'écarte pas d'un pouce de mes Principes.»

Puis le califat fut offert à Uthman, qui l'accepta sans hésitation, sous les mêmes conditions que celles posées à l'Imam Ali ; toutefois, par la suite, lorsqu'il aura pris le pouvoir, il adoptera une ligne d'action tout à fait différente de celles de ses prédécesseurs.

En suivant la Voie Divine, l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) fit montre d'un dévouement et d'un sens du sacrifice incomparables. Aucun des Compagnons du Prophète (Que la Bénédiction d'Allah soit sur lui et sur sa Sainte Famille) ne put rivaliser avec lui dans aucun domaine. En outre, il est indéniable que si l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui), le champion de la Vérité et le héros des guerres de l'Islam, n'avait pas été présent la fameuse nuit de l'Emigration du Prophète (Que la Bénédiction d'Allah soit sur lui et sur sa Sainte Famille), dans le lit de celui-ci, ou par la suite, dans les batailles de Badr, Ohod, Khandaq (le Fossé), Khaybar et Hunayn, les infidèles et les idolâtres auraient pu éteindre facilement la Lumière de la Prophétie, et rabaisser l'étendard de la Vérité.

Depuis le premier jour où il posa le pied dans l'environnement social, sa vie fut très simple. En outre, aussi bien à l'époque du Prophète (Que la Bénédiction d'Allah soit sur lui et sur sa Sainte Famille) qu'après sa disparition, et que durant la période magnifique de son Califat, il mena la vie d'un homme ordinaire. Sa nourriture, ses vêtements, et sa maison n'étaient pas meilleurs que ceux du plus pauvre des pauvres. Il dit lui-même : «Le Chef de l'Etat doit mener sa vie d'une manière tellement modeste qu'elle constitue une source de consolation pour ceux qui vivent dans le besoin et la détresse, et non pas un objet de désir, suscitant des sentiments de frustration et de désespoir.»

Bien qu'il fût le Chef du monde musulman, il ne possédait en tout et pour tout, le jour de son Martyre, que la somme de sept cents dirhams. C'est avec cet argent qu'il projetait de louer les services de quelqu'un pour s'occuper du travail domestique.

L'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) travaillait pour gagner sa vie. L'agriculture était son activité principale. Il labourait la terre, plantait des arbres, et creusait des canaux pour l'irrigation.

Chaque fois qu'il gagnait de l'argent grâce à ce travail, et tout ce qu'il recevait comme sa part dans un butin de guerre, il le distribuait aux pauvres. Et lorsqu'il mettait en valeur une terre, il la confiait aux biens de main-morte ou la vendait pour en distribuer le produit aux nécessiteux.

Une année, pendant son Califat, il ordonna que tous les revenus de ses propriétés confiées aux biens de main-morte lui soient d'abord apportés pour être ensuite dépensés. Le total de ces revenus s'élevait alors à vingt-quatre mille dinars-or.

Dans toutes les batailles qu'il livra à l'ennemi, personne ne put le vaincre, ni personne n'osa le défier ouvertement. De plus, dans aucun accrochage avec l'ennemi l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) ne recula. Il disait souvent : «Même si tous les hommes de l'Arabie se levaient contre moi, je serais toujours fier de les combattre.»

Malgré, et outre son courage et sa bravoure, dont l'Histoire n'a pu citer aucun exemple comparable, L'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) était un homme très affectueux, bon, généreux et humble. Il n'a jamais tué ni fait prisonnier, ni un faible, ni une femme, ni un enfant, lors d'une bataille. En outre, il n'a jamais poursuivi un ennemi en fuite.

A la bataille de Siffin, l'armée de Mu'âwiyah, après avoir lancé une offensive, put occuper les bords du fleuve (l'Euphrate). Elle empêchait tout approvisionnement en eau de l'armée de l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui). Une bataille acharnée s'ensuivit, qui permit à l'armée de l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) de reprendre le contrôle des bords du fleuve. Mais l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) ordonna que l'on permette à l'ennemi d'utiliser l'eau.

Durant son Califat, l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) était facilement accessible à tout un chacun. Il recevait les gens sans intermédiaire, et leur accordait des entretiens sans la présence d'aucun collaborateur. Il voyageait à pied et sans escorte. Il faisait le tour des rues et des marchés, pour y inciter les gens à être consciencieux et justes, et à s'abstenir de toute attitude tyrannique. Il était particulièrement bon envers les veuves et les laissés pour compte. Il donna refuge à d'innombrables orphelins dans sa propre maison, subvint à leurs besoins, et assura leur éducation.

L'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) mit particulièrement l'accent sur l'acquisition de la Connaissance et de la Sagesse. Il portait un vif intérêt à la diffusion de la Connaissance, car il disait : «Il n'y a pas pire maladie que l'ignorance.»

Lors de la bataille d'al-Jamal (Bataille du Chameau), alors que l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) était occupé à disposer ses soldats en ordre de bataille, un bédouin s'approcha de lui et lui demanda ce que signifiait le monothéisme. Les soldats le prirent à partie et le réprimandèrent pour poser une telle question en un tel moment inopportun. Mais l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) entraîna l'homme à l'écart et lui dit : «C'est pour cette Vérité que nous sommes en train de livrer cette bataille.» Et, tout en reprenant sa tâche de mettre en rangs ses soldats, il lui donna une réponse satisfaisante.

Un autre incident, semblable, eut lieu lors de la bataille de Siffin. Il est révélateur de l'attachement de l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) à la discipline religieuse, et de l'incomparable force de sa personnalité. Alors que les combats faisaient rage pendant cette bataille, l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) s'approcha de l'un de ses soldats et lui demanda d'aller lui chercher de l'eau à boire. Le soldat s'exécuta, et remplit d'eau un bol en bois, qu'il présenta à l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui). Celui-ci, remarquant une fêlure dans le bol, dit : «Il est détestable, au plan légal, de boire de l'eau dans un tel bol.» Le soldat se défendit et dit : «Lorsqu'on est en pleine bataille, face aux flèches et aux sabres de l'ennemi, comment peut-on prêter attention à des choses sans importance ?» Alors l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) répondit : «C'est pour l'établissement de ces Lois et Commandements religieux que nous sommes en train de combattre l'ennemi. Il n'y a donc pas des choses graves et des choses mineures.»

Après le Prophète (Que la Bénédiction d'Allah soit sur lui et sur sa Sainte Famille), l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) fut le premier à aborder la Connaissance et la pensée religieuse sous un angle philosophique. En d'autres termes, son approche des choses était rationnelle.

En outre, l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) inventa beaucoup de termes littéraires en langue arabe. Et, dans le seul but d'empêcher que les significations du Saint Coran ne soient déformées, il organisa l'étude analytique de la grammaire arabe.

L'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) possédait une Connaissance et une pénétration profondes des matières religieuses, morales, sociales, politiques, et même mathématiques. On peut les trouver dans ses sermons, lettres et paroles, rassemblés dans un livre remarquable intitulé "Nahj-ul-Balâghah".

Sans aucun doute, l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) est très connu parmi les Musulmans pour ses sermons, lettres, paroles dans le domaine de la spiritualité, et autres réflexions et déclarations qui touchent les coeurs et éveillent l'esprit. En tout cela, sa personnalité s'impose comme incomparable. De plus, sa profonde Connaissance du Saint Coran et de ses buts, et sa compréhension de la vraie signification des concepts et de la pratique de l'Islam restent inégalées.

Par sa Sagesse et sa Connaissance, l'Imam Ali (Que la Paix et le Salut d'Allah soient sur lui) prouva la véracité de la fameuse déclaration du Prophète (Que la Bénédiction d'Allah soit sur lui et sur sa Sainte Famille), qui disait : «Je suis la Cité de la Connaissance, et Ali en est la Porte.» Il établit cette vérité non seulement par ses écrits et ses paroles, mais aussi dans la pratique.


* ALLAMA TABATABAI, Mohamad Hussein, Universalité de l'Islam, Publication de La Cité du Savoir, Traduit de l'anglais et édité par AL-BOSTANI, Abbas, Canada.

1687 Vues | 17-02-2012 | 07:44


 
La Prière des Jours
Articles en relation
Lettre de l’Imam al-Khâmine’î.. ..aux jeunes des pays occidentaux_29/11/2015images-hassanarticles-hassanAudience du Guide Suprême Accordée à des Centaines de Professeurs d’Université (02/07/2014)Les Maisons d’Allah Les Mosquées
    
 
  Organisation d'al-Maaref Islamique